Analyse de la Rentabilité Économique et Financière de la Production Cotonnière au Mali

TOURE Lassana, Ousmane KONIPO, Atoumane DIAGNE

RÉSUMÉ:

Ce papier relate une analyse de la rentabilité économique et financière des exploitations agricoles dans les zones CMDT de Koutiala et Fana en faisant ressortir les causes de niveau de rentabilité. La démarche méthodologique retenue était d’abord l’analyse descriptive et inférentielle des caractéristiques socio-démographiques des exploitations agricoles, du compte d’exploitation et de la rentabilité économique et financière par zone CMDT (Koutiala et Fana). Il a été constaté que seules les exploitations agricoles à Fana dégageaient un profit positif si nous valorisons la main d’œuvre familiale et la fumure organique. Les exploitations agricoles à Koutiala, avec le niveau de rendement faible enregistré, couvraient difficilement les charges engagées dans la production du coton graine. Par ailleurs, la productivité de la main d’œuvre familiale est extrêmement faible (près de 216 FCFA de Taux Moyen de Rémunération du Travail en moyenne dans l’ensemble, 669 FCFA à Fana et -140 FCFA à Koutiala), d’où l’activité n’est pas économiquement rentable de ce point de vue. Pour le reste, l’activité n’est pas économiquement rentable du point de vue de l’investissement du capital car le TRI n’est que 3% dans l’ensemble des zones CMDT. Seuls les producteurs de la zone Fana ont un TRI positif de 15% en moyenne, et deviennent économiquement rentable si l’on considère le seuil de 12% fixé par les institutions de crédit. Nonobstant, on gagne à Fana plus qu’à Koutiala si on investit un 1 franc dans l’exploitation agricole (en moyenne 1,1494 franc contre 0,9403 franc respectivement de Ratio Bénéfice-Coût). En outre, le Taux de rémunération du capital investi des exploitations agricoles indique plus souvent des valeurs faibles (13% en moyenne dont 2% à Koutiala et 28% à Fana). Au sortir de cette investigation, nous proposons de former les cotonculteurs sur la gestion des exploitations agricoles en leur aidant à mieux optimiser leurs couts de production ; réorienter certains membres actifs dans le ménage vers d’autres activités génératrices de revenu ; accorder plus facilement l’accès au crédit équipement pour les exploitations agricoles de Koutiala pour qu’elles puissent augmenter leurs rendements et leurs profits nets du coton ; et accorder plus facilement l’accès au foncier aux exploitations agricoles, surtout celles de Fana pour qu’elles puissent emblaver plus de terre.

Mots clés: Export crops, profitability indicators, Fana, Koutiala

 

 

técharger ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *